Le fonctionnement d’une classe à deux cours

Dans les zones rurales, on est habitué aux classes à plusieurs cours mais, en ville, ces structures suscitent réticences et inquiétudes, surtout en élémentaire. Nous allons tenter de vous rassurer sans pour autant vous présenter ces classes comme un idéal absolu.

En maternelle, une grande part des apprentissages à forte charge cognitive, c’est-à-dire qui exigent beaucoup d’efforts intellectuels de la part des élèves, le langage, l’approche de la lecture, des mathématiques, le graphisme, se déroule devant de petits groupes d’élèves, on dit « en ateliers ». Dans une section de moyens (MS), l’enseignant partagera ses élèves en quatre groupes de 7 ou 8 élèves et travaillera alternativement avec eux. Dans une section de moyens et de grands (MS/GS), il y aura deux groupes de moyens et deux groupes de grands et cela ne changera rien à l’organisation de la classe.

En élémentaire, même si certains enseignants travaillent par ateliers, la journée de classe se compose le plus souvent d’une succession de moments où le maitre s’occupe de  tous ses élèves en même temps. Vous avez tous le souvenir de la leçon de grammaire, de celle d’histoire durant laquelle tous écoutent le maître ou du moins sont censés l’écouter. La présence d’élèves de deux cours régis par des programmes différents rend cette organisation inadaptée à certains enseignements – le français et les mathématiques- et à certains moments de la journée, plutôt le matin puisque c’est surtout le matin qu’on enseigne ces deux disciplines.

Prenons un exemple : une classe qui compte 10 élèves de CE1 et 14 élèves de CE2. Le matin, les élèves de CE2 commencent par un exercice de français pendant que le maître fait lire oralement les CE1. Puis il donne des questions sur lecture aux CE1 qui vont travailler tout seuls et s’occupent des CE2 avec lesquels il corrige l’exercice effectué avant de présenter une nouvelle notion de français. Il va ensuite leur proposer quelques opérations ou un problème pour s’occuper à nouveau des CE1 pour la séance de mathématiques. L’après-midi, l’enseignant gère sa classe quasiment  comme une classe à un seul cours.

Soyez conscients de deux points:

  1. Pour l’enseignant : la gestion d’une classe à deux cours demande beaucoup de travail et d’énergie ;
  2. Pour les élèves : après un temps d’adaptation, cette structure ne leur pose pas de problèmes et ne ralentit pas leurs apprentissages.

Ne soyez pas inquiet si votre enfant se trouve cette année dans une classe à deux cours : il en tirera surement un vrai profit car ce type de classes offre de réels avantages. Malheureusement, il peut y avoir des inconvénients que nous évoquerons bientôt.

 

2 thoughts on “Le fonctionnement d’une classe à deux cours

  1. Je voudrais ajouter qu’une classe à deux cours (ou double niveau comme on entend parfois) peut être une solution intéressante pour des élèves qui étaient à la limite du redoublement l’année précédente: ils peuvent éventuellement sauter d’un niveau à l’autre si le maître aperçoit des lacunes, tout en ayant la possibilité d’avancer dans leur classe d’âge.
    C’est aussi intéressant pour des élèves assez avances dans leur année et qui se stimulent en écoutant le cours des plus grands (quitte à s’ennuyer l’année suivante, par contre).

    1. Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’ai travaillé pendant quelques années dans une circonscription rurale où la structure type restait l’école à deux classes avec donc des classes à plusieurs cours. J’ai pu apprécier la manière dont les enseignants prenaient en charge l’hétérogénéité de leurs élèves. Quant on a deux ou trois cours officiels, on n’est pas paniqué à l’idée de différencier le travail des élèves et les attentes que l’on a avec chacun. Ceci dit: un grand coup de chapeau aux enseignants qui travaillent dans ces classes, c’est quand même un vrai sacerdoce!

Comments are closed.