Comprendre une histoire simple (2)

Les deux princes et le dragon

1. Le texte

Il s’agit d’un texte plus court que celui que je vous ai proposé avec Une faim de loup mais il présente bien plus de difficultés.

a) Le récit

C’est un récit linéaire qui relève du merveilleux, le monde des princes et princesses, des fées et sorcières, des ogres et des dragons.
Le premier paragraphe présente la situation de départ et les trois personnages principaux: deux princes, frères évidemment, amoureux de la même princesse.
Les trois paragraphes suivants développent l’intrigue avec :
1. L’enlèvement de la princesse,
2. La désobéissance des frères à leur père qui les met en garde contre le dragon et l’accord entre eux
3. La tentative de l’aîné qui repose sur la violence et aboutit à sa mort
4. La tentative du cadet qui s’appuie sur la ruse et lui permet de délivrer la princesse
Le dernier paragraphe offre un dénouement traditionnel dans les contes.

Le récit n’a rien de complexe mais le nombre (six en comptant le roi, les deux frères, la princesse, le vieux seigneur, le dragon) et le statut des personnages peut désarçonner un jeune enfant même si le fait que les trois principaux soient nommés facilite la prise de repères.

b) La langue

Simple sur le plan syntaxique – pas de phrases de construction complexe – elle est riche sur le plan lexical. Certains mots risquent d’être inconnus de la quasi-totalité des enfants ce qui pourra donner ensuite l’occasion d’enrichir leur vocabulaire mais cette ignorance ne devrait pas gêner la compréhension du conte.
Il faut simplement que les jeunes auditeurs sachent ce qu’est un dragon, un donjon et un diadème.

Fiche 1. Le texte. Les deux princes et le dragon.

2. Comment procéder ?

a) Avant de lire le texte à votre enfant.

Si vous avez déjà effectué l’activité présentée dans l’article précédent et lu le texte Une faim de loup à votre enfant il ne sera pas décontenancé par ce que vous lui proposez.
Si ce n’est pas le cas, il faut que vous ayez en tête que les enfants ne sont pas habitués à ce qu’on leur lise des textes sans s’appuyer sur les illustrations qui figurent dans les albums. Il faudra donc le préparer à cette situation et vous préparer vous-même en lisant d’abord le texte silencieusement pour pouvoir ensuite l’oraliser de manière expressive voire en le théâtralisant un peu.

Je vous suggère de dire à votre enfant qu’il va devoir se montrer vraiment attentif parce que vous allez lui lire une histoire sans dessins et qu’après votre lecture vous lui donnerez un travail à effectuer tout seul.

En outre, j’ajoute qu’il serait bon de créer une horizon d’attente en précisant que dans l’histoire que vous allez lire, il sera question d’un dragon, d’une princesse dans un donjon, et d’un diadème.
Cela propulsera tout de suite votre enfant dans l’univers de référence et vous permettra de vous assurer que ces mots ont du sens pour lui mais n’en dites pas plus pour ne pas déflorer l’histoire.

b) Avec un enfant qui sait lire

Vous pouvez proposer à votre enfant de lire le texte lui-même mais la richesse du vocabulaire risque de rendre la lecture difficile à un élève jusqu’à la fin du cycle 2. Il va buter sur de nombreux mots alors que si vous lisez le texte à haute voix il accèdera au sens général.
Mieux vaudrait, à mon avis, procéder comme avec un non-lecteur et développer davantage le travail sur le vocabulaire.

c) Déroulement

  1. Vous lisez le texte une fois (fiche 1)
  2. Vous donnez à votre enfant la fiche 2(les personnages de l’histoire)
  3. Quand il a fini, vous la reprenez, vous corrigez avec lui pour vous assurer qu’il a bien identifié tous les personnages; il en aura besoin pour la fiche 5. Vous lui donnez la fiche 3 (les objets et les lieux)
  4. Vous reprenez la fiche 3 et vous lui montrez la fiche 4, les traits sur lesquels il va devoir couper. Le découpage puis la confection de la longue bande vont l’occuper un moment. Si vous voyez qu’il a tro de peine pour la réunion des deux tranches de la bande, confectionnez-la avec lui.
  5. Quand il a fini, vous lui donnez la fiche 5. ATTENTION, l’exercice est de loin de plus difficile puisque l’enfant doit reconstituer le récit. Comptez avec lui le nombre de vignéttes et montrez-lui les emplacements numérotés sur la bande.

ATTENTION !
Les fiches 6, 7 et 8 encadrées en orange utilisent les mots de l’histoire mais n’ont pas de lien avec la compréhension du texte. Ne les proposez pas à votre enfant dans la continuité.

d) La correction

Elle se fait avec l’enfant . Il faut lui faire raconter l’histoire avec ses mots et rectifier quand il se perd dans la chronologie.

3. Les fiches de compréhension de l’histoire

Fiche 2. Les personnages de l’histoire
Fiche 3. Les objets et les lieux de l’histoire
Fiche 4. Support pour la constitution de la bande
Fiche 5. Reconstitution du récit

4. Autres activités possibles

a) Phonologie

Repérer le mot qui se termine par une autre voyelle (ou voyelle nasalecomme on et an) que les autres mots de la ligne.
La seule difficulté réside dans le fait que l’intrus finit par un son proche.:
-ier/ai
-oir/or
-on/an
-o/a

Fiche 6. Phonologie

b) Grammaire implicite

Placer l’article qui convient devant chaque mot.
Assurez-vous :
– qu’il n’y a pas d’ambiguité sur chaque dessin surtout pour le dernier : « flammes » et non « feu »
– que votre enfant reconnaît les trois articles définis ; LES peut ne pas être identifié

Fiche 7. Grammaire implicite

c) Vocabulaire

Le texte comporte de nombreux mots qui ne sont sans doute pas familiers des enfants
Certains sont peu usités, mais se rencontrent dans des textes et particulièrement dans des contes. On peut se contenter d’en donner le sens :

  • Epris : être épris c’est être amoureux
  • Parer : arranger l’apparence de quelque chose ou de quelqu’un pour l’embellir
  • Etoffe : un tissu plutôt de qualité.

D’autres, ici des adjectifs, gagneraient à être intégrés dans le vocabulaire des enfants: somptueux, cruel, hideux, féroce
Pour cela, il ne suffit pas de les expliquer même si cela demeure indispensable mais il faut aussi apprendre aux enfants à les utiliser donc, dans un premier temps, leur proposer de jouer avec ces mots.

Je vous présente , dans la fiche suivante,
– un petit tableau sur ces mots qui vous évitera toute recherche
– deux jeux à mener avec votre enfant.

Fiche 8. Vocabulaire

UNE REMARQUE: pour qu’un mot soit vraiment intégré dans le vocabulaire, il faut qu’il soit utilisé une dizaine de fois. Il faudra donc que vous repreniez ces jeux ou que vous en inventiez d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *